MES 50  GESTES QUOTIDIENS POUR LA PLANETE


Je participe au changement

Au sein de notre association Free Spirit, nous avons la conviction que le changement viendra avant tout de chaque individu. Plusieurs mesures simples et accessibles pour tous, permettent de réduire notre impact souvent néfaste sur l'environnement, la biodiversité ou encore la santé de nos enfants. 

Au travers cette liste de mesures, nous souhaitons sensibiliser le public en invitant chaque individu à devenir acteur du changement et à adopter un mode de vie respectueux de l’homme, des espèces animales et de la nature.

En adoptant ces gestes, nous réduisons à notre échelle la pression que nous exerçons sur la nature. Sauvegarder la biodiversité requiert la participation de tous et, surtout,est à la portée de tous.  

 


CONSOMMATION RESPONSABLE


 

 

Je cesse les oeufs de poules élevées en batterie

En tant que citoyen, je peux cesser de consommer des oeufs de poules élevées en batterie. Les conditions de vie de ces poules sont souvent plus que déplorables et dégradantes pour la vie animale. Les poules vivent souvent en cage pendant 1 an puis sont envoyées à l'abattoir. 

Je mange des fruits et des légumes de saison

En tant que citoyen, je peux consommer des fruits et des légumes de saison pour notre santé et notre environnement.  Une tomate produite hors saison, donc sous serre, génère 20 fois plus de gaz à effet de serre qu’une tomate locale produite au bon moment de l’année 


Je réduis ma consommation de Fast Food

En tant que citoyen, je réduis non seulement ma consommation d'emballage à usage unique, je consomme moins de viande issue de production industrielles non respectueuse de la vie animale. Enfin, je préserve ma santé : la nourriture de fast-food est souvent trop grasse, trop sucrée, trop salée, pauvre en vitamines et en fibres.

Je dis non aux OGM

Afin de clarifier, la France interdit la culture des OGM sur son territoire depuis 2008. Mais des denrées alimentaires génétiquement modifiées peuvent tout de même être importées en France. Cependant, plus de 70 denrées alimentaires et aliments pour animaux génétiquement modifiés sont autorisés dans l’Union européenne. Je plébiscite les produits bio et naturels.


Je réduis ma consommation de sucre artificiel

Edulcorants artificiels, Aspartame, sucralose, cyclamate... ces mots font partie désormais de notre quotidien et sont présentés comme des alternatives au sucre. Aujourd'hui, de nombreuses études aux résultats contradictoires s'affrontent quant au danger de ces substituts. Alors que certaines les considèrent non dangereuse dans le cadre d'une consommation dite "raisonnable", certaines recherches révèlent que la consommation d'édulcorants artificiels pouvait être liée à une prise de poids, à une augmentation des risques d'obésité, d'hypertension, de syndrome métabolique, de diabète de type 2 et de maladies cardiovasculaires. 

Je réduis ma consommation de sucre

Le sucre blanc est un doux poison. Il est présent dans de nombreux aliments ou boissons qui font partie de notre vie quotidienne : sodas, jus de fruit, pain blanc, biscuit,soupes... En réduisant sa consommation, je réduis les risques de maladie, de prise de poids, d'hypertension, de diabète ou de cancer. Enfin, le sucre agit comme une drogue douce. Elle créé subtilement à notre organisme une dépendance. Il n'y a qu'une seule solution simple : limiter sa consommation de produits sucrés, même s'ils sont naturels.

J'achète mes fruits et mes légumes en circuit court

Le AMAP est un phénomène qui prend de plus en plus d'ampleur en France. Il s'agit d'une rencontre entre un groupe de consommateurs et une ferme paysanne. AMAP signifie "Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne". Il s'agit d'un contrat stipulant que les uns s'engagent à préfinancer la production (de légumes ou autres), les autres à assurer ladite production. Ensemble, ils définissent la diversité et la quantité de denrées à produire pour la saison. Ces denrées peuvent être aussi bien des fruits, des légumes, des oeufs, du fromage, de la viande...  Il existe des AMAP non seulement en Ile de France mais aussi sur l'ensemble du territoire.


J'achète mon poisson en circuit court

Il est possible de bien manger mais pas au détriment de la planète. C'est ce que souligne en effet Poiscaille, un concept qui propose que des produits issus d'une pêche objectivement durable, en suivant des critères précis.Les prises sont attrapées en France en milieu naturel. Pas d’élevage, pas de chimie. Il s'écoule 48 heures maximum entre la pêche à bord du bateau et votre assiette. Un réseau de pêcheurs aux pratiques vertueuses soucieux de leur impact sur les océans.Ils emploient des technique de pêche "douces" : Ligne, casier, filet droit, plongée, pêche à pied. Pas de chalut, pas de drague. Une pêche sélective, des fonds marins préservés.



Je dis non au travail des enfants

Selon l'Organisation Internationale du Travail (OIT), plus de 150 millions d'enfants travaillent dans le monde alors que les normes internationales l'interdisent. Tous les secteurs sont concernés : le textile, les mines, le high-tech, la mode ou encore l'agriculture. Le label "Child Labor Free" valide qu'aucun enfant n'a travaillé sur la réalisation d'un produit certifié.

Je réduits ma consommation de produits à base d'huile de palme

Très prisée par les industries alimentaires ou cosmétiques l’huile de palme continue de faire des ravages à travers le monde. Nous assistons à une exploitation abusive des palmiers ayant pour conséquence majeure une déforestation exponentielle de la planète et par la même occasion, la destruction d'habitats naturels de nombreux animaux. 

Je porte des T-shirts eco-responsables

il faut environ 2.500 litres d'eau pour fabriquer un t-shirt. La plupart des t-shirts sont faits en coton. L'exploitation du coton exige de très grandes quantités d'eau et... de pesticides... Il existe de plus en plus de marques de t-shirts certifiés BIO, fabriqués en France notamment. Le coton BIO est cultivé sans engrais ni pesticides chimiques. Les teintures sont réalisées sans substances cancérigènes.

J'utilise une brosse à dents recyclée à tête rechargeable

Il existe des marques de brosse à dents ou la composition en plastique ne représente que 30%. Ce même plastique est recyclé et permet de conserver le manche à vie. Certaines marques proposent également des manches en algue, en liège et en bois. Seule la tête est à changer. Parmi ces marques, plusieurs sont des marques françaises.



J'achète une brosse à dents en bambou

Les brosses à dents en bambou sont recyclables, biodégradables, compostables. Elles contribuent à réduire 1200 tonnes de déchets par an en France, ce qui signifie pas de déchets plastiques. Les modèles en plastique polluent pendant plus de 500 ans. Ils polluent nos océans et continuent à prendre de l'espace dans nos décharges.


J'utilise un cabas pour faire mes courses

Afin d'éviter les emballages à usage unique, je peux utiliser et réutiliser mes propres emballages rechargeables. En effet, chaque année en France, 5 millions de tonnes d’emballages ménagers sont mis sur le marché. Le plastique créant des dégâts énormes  dans nos océans, nous pouvons faire le nécessaire pour réduire leur usage.



J'évite les marques vendant du café en gobelets.

Chaque année, ce sont des milliards de gobelets non recyclables qui sont vendus par les grandes marques célèbres vendant du café ou autre boisson chaude de ce type. L'extérieur de ces gobelets sont souvent en papier certes, mais l'intérieur est souvent une fine couche de plastique, ce qui rend le gobelet non recyclable car la fine couche est extrêmement collante.

J'apporte mon mug au travail

J'apporte mon propre mug sur mon lieu de travail afin de réduire de manière considérable mon usage de gobelets. Cette simple action évitera de générer entre 200 et 600 gobelets par an, dont le temps d’usage est de quelques minutes pour une durée de vie de plusieurs dizaines d’années.

J'évite les dosettes café 

Les dosettes à café sont un véritable fléau pour l'environnement. Plus de 9 milliards de capsules sont vendues chaque année. Des capsules extrêmement difficile à recycler. Je me tourne vers des moyens plus classiques: cafetière à piston, cafetière à l'italienne, cafetière à filtre ou investir dans une machine dans laquelle je peux mettre du café en grains.

J'utilise des pailles réutilisables

J'achète une paille colorée et réutilisable de leur choix à mes enfants pour qu'ils abandonnent les pailles jetables. Je les garde sous la main lorsque nous allons au restaurant ou lorsque nous faisons des pause pendant nos promenades.

J'évite les emballages en plastique pour mes fruits et légumes

Nous sommes en pleine absurdité quant à l'emballage des fruits et des légumes depuis quelques années. Morceaux de pommes, d'ananas, de mangues, et autres fruits et légumes dans des emballages de plus en plus petits en plastique.

Je passe au sac repas réutilisable pour mes enfants

Je passe au sac repas réutilisable pour mes enfants car en effet, chaque année, un enfant âgé entre 8 et 12 ans jette 30 kg de déchets plastiques rien que pour son déjeuner. J'utilise des emballages réutilisables en tissu ou fabriqués à partir de cire d'abeilles pour les sandwiches de mes enfants. 

 


ECONOMIES D'ENERGIE


 

Je priviligie le vélo ou les transports en commun

Pour les petits trajets, il est préférable d’utiliser les modes de transport non motorisés tels que le vélo, la marche, le roller ou les transports en commun tels que le bus, le tramway, le train

Je favorise le train plutôt que l'avion

Pour les trajets nationaux, il est préférable d’utiliser le train plutôt que l’avion. On estime que la consommation en carburant pour une personne d'un voyage en avion est environ cinq fois plus élevée que lors d'un voyage en train.

J'économise 10% sur la facture du chauffage

Je baisse mon thermostat de 1°C sans que je ne sente de différence. Je ferme les radiateurs dans les pièces vides. De nombreuses allocations sont proposées aux citoyens pour aider à mieux isoler le foyer. 



J'économise 10% sur la facture d'électricité

Je peux réaliser des économies en changeant mes ampoules par des ampoules basse consommation, en remplaçant mon ancien réfrigérateur par du matériel de classe A++ et en éteignant les appareils en veille.

J'achète un ordinateur portable plutôt qu'un ordinateur de bureau

Les ordinateurs portables sont conçus pour être économes en énergie contrairement aux ordinateurs de bureau.  Un ordinateur portable utilise jusqu'à 80% d'énergie en moins qu'un ordinateur de bureau. En effet, les portables fonctionnant sur batterie, ils sont plus adaptés pour réduire les émissions de dioxyde de carbone

J'achète des ampoules à basse consommation

Je peux changer mes ampoules classiques en ampoules à basse consommation. Une seule ampoule basse conso permet de diminuer votre empreinte carbone de 600 kg de dioxyde de carbone pendant toute sa durée de vie. Si tous les foyers utilisaient ce type d'ampoules en France, nous baisserions notre consommation d’électricité pour l’illumination de 50%.

J'éteins mes appareils électriques

Eteindre mes appareils électriques est bénéfique pour la planète. Je débranche les chargeurs de mes différents appareils (téléphones portables, ordinateurs portables, etc.) quand je ne les utilise pas. Enfin, éteindre ses appareils permet de leur offrir une plus longue durée de vie. 

Je bois l'eau du robinet

L'énergie nécessaire pour produire les bouteilles en plastique est absolument phénoménal d'une part. Le plastique étant fait à base de pétrole. De plus, les déchets produits une fois les bouteilles utilisées sont dramatiques. Un continent de plastique a été découvert (l'équivalent de 6 fois la France).  L'eau du robinet potable est bien sur selon les pays. Un filtre est une solution à ne pas négliger.  

J'utilise un four micro-ondes

Un four à micro-ondes est beaucoup moins gourmand en énergie qu'un four électrique.  un temps de cuisson de 15 min dans un micro-ondes est équivalent à 1 h dans un four électrique: soit économie de 20 % en termes d’énergie. Si je dois utiliser mon four, j'utilise le haut du four plutôt que le bas, ainsi la chaleur monte et le temps de cuisson sera réduit.

Je plante un arbre

Je peux réduire mon empreinte carbone de manière très directe ainsi. Les arbres produisent de l'ombre, produisent de l'oxygène et consomment du dioxyde de carbone. Un arbre absorbe 6kg de CO2 par an. Une fois adulte il absorbe 22kg de CO2. En 10 ans, une seul arbre peut produire assez d'oxygène pour 2 personnes.

Je choisis un chauffage respectueux de l'environnement

Je fais le choix de modes de chauffage respectueux de l’environnement tels que la géothermie, le chauffage au bois ou le chauffe-eau solaire. La géothermie ou chaleur de la terre rassemble l’ensemble des applications permettant de récupérer la chaleur contenue dans le sous-sol ou dans les nappes d’eau souterraines

Je trie mes déchets

Afin de réduire mon empreinte écologique,  léguer une nature plus propre à mes enfants et les générations futures, je trie mes déchets.Grace à ce trie, je peux permettre à la moitié des volumes de mes déchets d'être recyclés. Car quand ces déchets sont triès, ils sont valorisés et je leur offre ainsi une seconde vie.

 


PROTECTION DES ANIMAUX


 

Le cirque

En tant que citoyens, nous pouvons cesser d'encourager l'exploitation des animaux dans les cirques. La peur, la faim et la violence sont très souvent les méthodes utilisées pour un dresser les animaux pour les spectacles.  

J'évite les parcs aquatiques

En tant que citoyen, je peux cesser de soutenir les parcs aquatiques exploitant des animaux marins. Ceux ci subissent les bruits de la musique et des applaudissements, souffrent ensuite de leur isolement dans des bassins en béton. 

Je ne participe pas aux attraction photos avec les félins

Il s'agit d'une attraction appréciée des touristes à travers le monde : prendre des photos avec des lions ou d'autres félins impressionnants. Mais cette attraction cache souvent le fait que les félins sont drogués pour les rendre dociles.

Je réduis ma consommation de produits à base d'huile de palme

 L'huile de palme condamne les orangs-outans à l'extinction. La déforestation. Ce phénomène détruit donc leur habitat naturel et fait disparaitre cette espèce de primates qui sont affamés, blessé, torturés ou brulés.

Je ne participe pas au commerce de l'ivoire

Malgré les accords internationaux, le braconnage des éléphants continue pour leur ivoire. Le marché de l'ivoire existe toujours dans les bijoux, les objets de décoration ce qui accélère l'extinction de cet animal en danger.

Je n'achète pas de corne de rhinocéros

Un grand nombre de croyances, à defat d'être prouvé scientifiquement, accorde de nombreuses vertus aux cornes de rhinocéros : soins contre le cancer, la fièvre et autres maladies. Ces pratiques ignorent totalement le fait que les rhinocéros sont une espèce menacée.

Je consomme plus de miel

Les abeilles sont menacées de disparition. Je consomme plus de miel produit près de chez moi, de manière à soutenir les apiculteurs de ma région. Je proscris tout pesticide et herbicide de mon jardin. Je contribue à multiplier les rûchers en parrainant une ruche.

Je n'assiste pas au corridas

Dans les arènes, les taureaux vivent des souffrances silencieuses. Bien que pro et anti corridas, scientifiques ou pas, débattent sur la durée de souffrance de l'animale... tout le monde s'accorde pour dire que la souffrance de l'animal est bien réelle.

Je n'achète pas de fourrure

L’industrie de la fourrure, depuis longtemps synonyme de cruauté, est responsable de la mort de millions d’animaux dans des conditions atroces chaque année dans le but de tirer profit du commerce de leur peau.


Je n'achète pas d'animal sur liste rouge

Les animaux ne sont pas des trophées. Je me renseigne sur les listes officielles des espèces menacées et je ne participe pas à l'achat d'animaux en voie de disparition.

Je respecte les espaces naturels

Au travers de la protection des lieux où vivent les animaux, nous protégeons leur vie et la vie de la planète. Je ne jette donc pas mes déchets dans la nature.

Je ne jette pas mes médicaments dans les toilettes

Le principes actifs des médicaments sont souvent résistants au traitementdes eaux usées dans lesstations d’épuration, ils seretrouvent dans les rivièreset les mers où ils agissentsur la faune et la floreaquatiques. 


 


LEXIQUE POUR LES "NULS"


 

COP21 "pour les nuls"

La COP est avant tout un événement. En 1992, durant le Sommet de la Terre de Rio de Janeiro, l'Union européenne et 195 autres Etats ont signé une convention reconnaissant le changement climatique à cause de l'impact de l'Homme sur la nature et invitant les pays industrialisés à prendre des mesure face à cette situation. Depuis, les pays signataires de la convention se réunissent une fois par an dans le cadre de conférences de parties (COP) afin de négocier et faire respecter les objectifs de lutte contre le réchauffement climatique. La 21ème convention a eu lieu à Paris en 1995. La COP21 a permis d’aboutir à un accord historique engageant l’ensemble de ces pays à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Cette convention fut d'une importance cruciale car elle faisait suite à plusieurs échecs de négociations durant les quelques années précédentes dont celles de Copenhagen en 2009. L'ambition finale de l'accord de Paris est que les contributions des États signataires (différentes d'un pays à un autre) permettent de stabiliser le réchauffement climatique dû aux activités humaines « nettement en dessous » de 2°C d’ici à 2100 (objectif autour de 1,5°C) et de mettre en place un financement de l'ordre de 100 milliards de dollars par an destinés aux pays en voie de développement pour la lutte contre le réchauffement climatique. 

Grenelle de l'environnement "pour les nuls"

Le Grenelle Environnement est un ensemble de rencontres réunissant  des représentants de l’État, des collectivités locales, des ONG, des entreprises et des salariés afin de faire émerger en France des actions en faveur de l’écologie, de l’environnement et de la biodiversité. Organisées en France en octobre 2007,  le Grenelle environnement a été mis en œuvre dès l’entrée en fonction du gouvernement de l'époque. Jean Louis Borloo qui était alors Ministre d'État depuis le 19 juin 2007, ministre de l'Écologie, de l'Énergie, du Développement et de l'Aménagement durables. Bien que toutes les mesures n'aient pas été adoptées, les thèmes choisis étaient les suivants : la lutte contre les changements climatiques et la maîtrise de la demande d’énergie.; la préservation de la biodiversité et des ressources naturelles; l’instauration d’un environnement respectueux de la santé; l’adoption de modes de production et de consommation durables; la promotion des modes de développement écologiques favorables à l’emploi et à la compétitivité. En guise d'exemple concret, le Grenelle Environnement a édicté une série de mesures pour améliorer  l'efficacité énergétique des bâtiments publics et privés qui prendront effet dans les années à venir.

L'empreinte écologique "pour les nuls"

L’empreinte écologique est un outil développé par le Global Footprint Network qui permet de mesurer la pression qu'exerce l'homme sur la nature. Notre empreinte écologique mesure la surface terrestre et marine dont nous avons besoin pour produire les ressources que nous utilisons (la nourriture, l'énergie, les terrains à bâtir, les produits de la mer, le bois...) ET pour absorber les déchets que nous produisons.

Notre bio-capacité, c'est la surface biologiquement productive qui est disponible pour fournir ce dont nous avons besoin et pour absorber nos déchets. 

Nous pouvons donc mesurer notre empreinte écologique et notre bio-capacité pour constater si nous sommes bien équilibrés.

Exemple, au Canada en 2007, un canadien avait une empreinte écologique de 7,01 (ce qui signifie que chaque canadien a besoin de 7,01 Ha par an pour produire ce dont il a besoin). La bio-capacité du Canada était de 14,92 Ha. En conclusion, la différence étant de 14,92 - 7,01 = 7,91 : Le Canada était un pays écologiquement créditeur. Ce résultat dans l'absolu semble très positif mais en réalité, il cache des inégalités dans le monde. En effet, si chaque personne au monde avait la même empreinte écologique qu'un Canadien, nous aurions eu besoin d'une planète avec 4 fois plus de surface pour répondre à l'ensemble de nos besoins. Tous les pays ne sont pas aussi grands que le Canada avec autant de ressources naturelles.

Autre exemple, aux Etats Unis, l'empreinte écologique d'un américain est de 8 Ha alors que la bio capacité est de 3,87 Ha. Les Etats Unis ont donc un solde négatif.

Nous souffrons d'un réel problème d'inégalité.

17% de la population mondial consomme 80% des ressources mondiales.

En conclusion, le problème ne vient pas d'un problème de ressources mais d'un mode de consommation déséquilibré et inefficace.

Je peux évaluer ma propre empreinte écologique sur le site de Global Footprint Network

Using Format